Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Avril 2007 
L’énergie, les autorités et le citoyen
Auteur : Pierre Lehmann

La discussion actuelle sur le dérèglement climatique et la consommation d'énergie qui en est la cause principale a quelque chose de surréaliste parce qu'on fait comme si la solution du problème était du ressort des autorités fédérales, voire européennes ou même des pouvoirs économiques. Il n'y a rien à espérer de ces milieux-là tant qu'ils continueront à mettre la priorité sur l'économie, «dont on pourrait se demander ce qui l'autorise à gouverner le monde si elle ne servait pas d'abord à légitimer le pouvoir et la richesse de ceux s'en réclament» (Gilbert Rist). Pour être efficace, la politique énergétique doit commencer chez le consommateur, vous et moi. Ce que nous demandons ce sont des services (chaleur, déplacements, lumière, etc.), pas de l'énergie. On peut renoncer aux services qui sont d'utilité marginale et obtenir les autres avec un minimum d'énergie, énergie qu'il faut essayer de produire à partir de ressources renouvelables et le plus près possible du consommateur.

Bien sûr, nous ne sommes pas tous compétents dans ces questions et c'est au niveau de la commune que nous devrions pouvoir trouver de l'aide. Plus on s'éloigne du consommateur, plus on remplace l'action efficace par des belles paroles sans grandes conséquences. Les communes devraient disposer d'un service de l'énergie chargé de promouvoir l'efficacité énergétique et les énergies renouvelables et de conseiller et aider concrètement les citoyens.

Malheureusement ce n'est pas ce qui se passe. A ce jour, je n'ai encore jamais vu un responsable communal venir discuter avec moi de ma consommation d'énergie et des moyens de la réduire. Et ce n'est pas le conseiller fédéral Leuenberger (en charge du Département fédéral de l'énergie) qui va le faire à sa place. Cela ne m'empêche pas bien sûr d'entreprendre quelque chose et j'ai déjà pu réduire considérablement ma consommation d'énergie. Mes démarches pourraient éventuellement être utiles à d'autres. Plus vraisemblablement à l'intérieur de ma commune qu'à l'autre bout du pays.

Le pouvoir est d'autant plus inutile qu'il est éloigné des citoyens. Le Conseil fédéral pourrait être avantageusement remplacé par un groupe de yodleurs. Malheureusement, au lieu de considérer la commune comme le lieu privilégié de l'action politique, on la considère souvent comme un tremplin pour accéder à des «plus hautes» charges, canton ou Confédération. Il se crée ainsi des pyramides politiques du haut desquelles on ne voit plus le citoyen, mais qui donnent probablement à ceux qui s'y trouvent l'euphorie de la puissance.

Le pouvoir exerce d'ailleurs une fascination sur certains types de personnes, à mon avis des psychopathes, qui sont capables de tout pour l'obtenir. Restons donc au niveau local, éventuellement régional, pour résoudre nos problèmes. En particulier celui de l'énergie. D'être tributaire du pétrole du Moyen-Orient pour se déplacer et se chauffer est en soi aberrant mais donne du pouvoir à ceux qui en contrôlent la distribution.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?