Logo Journal L'Essor
2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Décembre 2006
Un peu tard ?
Auteur : André Sprenger
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité. Pas plus que nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à 5 ans (année 2016 et avant) peuvent occasionnellement en contenir. Les modestes revenus qui en découleront nous aideront à maintenir ce site web. (Essais et réglages en été 2021)
Courrier des lecteurs

Réaction au forum Populisme ou démagogie

N’est-ce pas un peu tard pour se poser des questions sur la démagogie d’un certain Christophe Blocher? À sa décharge faut-il rappeler que les politiciens qui ne sont pas démagogues sont aussi rares que les œufs carrés. À l’époque où le sieur Blocher s’est déclaré candidat au Conseil fédéral, il était connu d’un large public. La majorité des gens informés n’ignoraient pas son don pour les formules percutantes ou assassines. Blocher était déjà un démagogue.

Les rares opposants qui ont osé attirer l’attention du monde politique sur le risque encouru de glissade démagogique en cas d’élection au Conseil fédéral étaient ostracisés ou diabolisés. Ils ne connaissaient rien à la haute stratégie politique. Certains membres de la confrérie de la bien-pensance et de la pensée unique allaient jusqu’à faire accroire que si Blocher était élu, il mettrait de l’eau dans son vin. La naïveté à l’état pur.

Aujourd’hui, une partie de ceux qui tenaient ce discours n’ont même pas le courage de reconnaître leur erreur. Pensez-vous, dans un certain milieu médiatique, cela ne se fait pas! On ne s’excuse pas puisque l’on ne se trompe jamais. Aujourd’hui d’aucuns se permettent même de faire des pronostics qui valent autant que valent les promesses électorales: elles n’engagent que ceux qui les écoutent. Lors de la prochaine élection, prédisent-ils, Blocher ne sera pas réélu parce qu’il scie la branche sur laquelle il est assis. Billevesées que tout cela. Blocher est en place et il est bien collé sur sa cathèdre.

Dès lors que reste-t-il pour ne pas entrer dans son jeu? Éviter d’en parler tout simplement. Peut-être lorsqu’il constatera que ses discours n’ont plus d’impact, y mettra-t-il une sourdine? Blocher est une personne intelligente, habile, qui sait manœuvrer les foules. Alors de grâce tachez Mesdames et Messieurs les grands penseurs de faire vous aussi preuve d’un peu d’intelligence et d’élever le débat.

André Sprenger, journaliste RP freelance

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2021   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?