Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Premier

Août 2006 
La lâcheté du monde «civilisé»
Auteur : Mousse Boulanger et Rémy Cosandey

Pendant quelques jours, le coup de sang de Zidane lors de la finale de la coupe du monde de football a réussi à occulter le fleuve de sang qui, dans le même temps, se déversait sur le monde. Mais aujourd’hui il n’est plus possible de dissimuler la tragédie qui se déroule au Liban. Les représailles annoncées par Israël se sont vite transformées en véritable guerre, avec son cortège de violence aveugle, de massacres féroces, de douleur et de haine.

La barbarie a pris la place de la civilisation. L’humiliation d’un peuple attaqué a renforcé le ralliement des victimes innocentes au camp des intégristes. La démocratie qui bombarde a exacerbé le fanatisme qui extermine. L’excès de force a généré l’excès de rage.

Sciemment, méthodiquement, le Liban a été écrasé sous les obus et les roquettes. Les corps déchiquetés de femmes et d’enfants, sortis des ruines de leurs paisibles maisons, ont bouleversé l’opinion publique. Et comment rester insensibles au sort de ces centaines de milliers de malades, de handicapés et de démunis qui ont pris la route de l’exil pour échapper à la mitraille et à la mort?

Pendant que les images de détresse et de carnage défilaient sur les écrans de télévision, les gouvernements palabraient! Les Etats-Unis acceptaient un cessez-le-feu mais sans exiger qu’Israël se retire des territoires conquis par la force. Israël regrettait la mort de civils mais ne présentait pas d’excuses. Les nations arabes se perdaient dans leurs contradictions habituelles. Les pays occidentaux dénonçaient le massacre des innocents mais ne bougeaient pas le petit doigt! Le Conseil fédéral (à l’exception de Micheline Calmy-Rey qui a sauvé l’honneur de l’Europe) bafouillait des explications sur la neutralité suisse. Impuissance de l’ONU (le droit de veto est une injure à la démocratie), lâcheté du monde «civilisé»: le mélange de la faiblesse et de l’indignité est une menace effrayante pour l’avenir de l’humanité.

Halte à la parlote, place à l’action! Le droit à l’existence d’Israël dans des frontières sûres doit être reconnu par toute la communauté internationale, de même que celui des Palestiniens à disposer d’un Etat démocratique et souverain. Toutes les milices doivent être désarmées, les résolutions de l’ONU respectées et les Lieux saints exterritorialisés. Il y a urgence: chaque jour perdu élargit le fossé qui sépare les artisans de paix et les assassins.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?