Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Juin 2006
Créativité et médecine
Auteur : Henri Jaccottet
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

«Ponere (ajouter) o levare (enlever)» aurait dit Michael Ange du peintre (ponere) ou du sculpteur (levare): la statue est dans la pierre, l’art du sculpteur est de soustraire à la pierre tout ce qui n’est pas la statue.

Dans le cas du médecin, il est bien clair que sa créativité ne peut se manifester que par son ajout personnel, professionnel dans la relation malade-médecin. Le malade vient demander de l’aide à son médecin, mais quelle aide? Je ne vois qu’un seul des actes du médecin qui appartienne à la fois à la notion de créativité et à celle de l’aide, c’est le diagnostic: à partir de ce que lui raconte le malade et de ce qu’il constate par son(ses) examen(s), le médecin fait une synthèse, le diagnostic, qui lui permet alors d’appliquer à son malade les différents traitements recommandés pour la maladie diagnostiquée.

Je ne puis m’empêcher de penser que poser un diagnostic est une activité médicale qui exige du médecin qu’il soit, en quelque sorte, un artiste et un créateur, doté d’empathie qui plus est…

Esculape, dieu des rêves et de
la médecine - sculpture grecque

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?