Logo Journal L'Essor
2022 2021 2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013
2012 2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Avril 2017
Les ordres de grandeur
Lu par : Mousse Boulanger
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité. Pas plus que nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à 5 ans (année 2017 et avant) peuvent occasionnellement en contenir. Les modestes revenus qui en découleront nous aideront à maintenir ce site web. (Essais et réglages en été 2021)

Les ordres de grandeur
Julien Sansonnens
Éditions de l’Aire
Vevey
422 pages

«Les ordres de grandeur» ont été établis par Julien Sansonnens dans un roman impressionnant. Les premières pages sont d’une violence exceptionnelle, si insupportable que j’ai failli laisser tomber le livre de mes mains. On assiste à un viol avec coups et blessures qui laisseront la jeune fille infirme.

C’est une histoire d’étudiants, ils viennent de passer des examens, ils fêtent au bord du lac, celui de Neuchâtel, car c’est dans l’université de cette ville qu’ils se sont rencontrés, filles et garçons. Il y en a un qui a raté ses épreuves; pourtant c’est celui qui deviendra célèbre puisqu’il sera présentateur du téléjournal à Genève. Sa vie occupe une importante partie du roman. Reconnu, admiré, il décide d’entrer en politique. L’écrivain connaît bien l’atmosphère qui règne dans ces milieux, il s’y est frotté quelque peu dans la réalité. Il suffit de s’y intéresser suffisamment pour y rencontrer mensonges, intrigues, rumeurs et magouilles.

Un autre pan du roman révèle la vie tourmentée de Michel Fouroux qui fut le petit ami de Yasmina, la fille violée. Il a fui en Ardèche habité par le remords de ne pas l’avoir accompagnée le soir du viol. Il cherche le salut dans le mysticisme, dans le sport, dans la peinture, ne le trouve que dans la fuite. Ce roman est compliqué, difficile à démêler et pourtant fascinant, il prend aux tripes et m’a obligée à y revenir encore et encore afin d’en connaître le dénouement, fort surprenant.

Un regret, dont l’auteur n’est pas responsable, ce sont les fautes d’impression qui ornent presque chaque page du livre. Dommage.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2022   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?