Logo Journal L'Essor
2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011
2010 2009 2008 2007 2006 et 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Contient espéranto     Supprimer le surlignage
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Février 2016    [72]
L’homme qui voulait voir tous les pays du monde
Lu par : Pierre Clément

L’homme qui voulait voir tous les pays du monde
— Aventures humaines autour du globe —

1955-2014: à la découverte de soi et des autres !
Édition City, 304 pages, Cahier photos, ISBN: 978-2-8246-0449-7

Un entretien radiophonique avec l’auteur de cet ouvrage à la Radio Suisse romande nous a donné envie de le lire. Voici comment son éditeur nous le présente: «Quand il a commencé son périple en 1955, l’auteur, André Brugiroux, avait un rêve: voir tous les pays du monde. Presque soixante ans plus tard, sans grands moyens financiers, il a accompli l’impossible. Sur la route, André vit toutes les aventures. Il est emprisonné au Costa Rica, le mur de Berlin se construit sous ses yeux, il rencontre le docteur Schweitzer au Gabon, se rend à Angkor en pleine guerre, prend le Transsibérien au milieu de la guerre froide, meurt presque de soif dans le désert… Tout au long de ses voyages, il a pris des notes, tenu quelques statistiques, bien que – comme il le dit dans l’entretien – «quand tu te retrouves un jour avec 6 mitraillettes dans les côtes, tu t’en rappelle toute ta vie».

Pourtant la réussite majeure d’André est ailleurs: le monde est devenu sa patrie et les hommes sont sa famille. Partout, il a trouvé des gens merveilleux. A chaque fois qu’il tombait, quelqu’un était là pour lui tendre la main et le relever. Sa véritable aventure a d’abord été humaine. Profondément et passionnément humaine…» – ce dont l’entretien radiophonique se fait bien évidemment l’écho. On y apprend qu’il a découvert au fil des voyages et des questionnements les enseignements des Bahaï (dont l’essor a parfois parlé) qui sont résolument pacifistes et qui recommandent aussi l’adoption d’une langue-pont internationale (comme l’espéranto, dont on parle aussi parfois)… Bref, écouter André Brugiroux nous raconter sa découverte du monde au rythme de la marche ou du vélo (libérée de l’automobile, du train ou de l’avion), c’est une mise en «raisonnance» inspirée par une résonance radiophonique. À lire d’urgence… mais à lire lentement!

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?