Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Octobre 2015 
Le témoignage d’un réfugié érythréen
Auteur : Luul Sebhatu

Propos recueillis par Rémy Cosandey

Luul Sebhatu a 56 ans; il est marié et père de trois enfants âgés de 26, 22 et 20 ans. Il a combattu pour libérer son pays qui était alors occupé par un pays voisin. Il a dû quitter l’Erythrée en 1982 et est venu en Suisse où habitait déjà un de ses frères. Titulaire d’un CFC de vendeur, il est entré au service d’une grande enseigne commerciale le 1er mai 1984, à laquelle il est toujours fidèle.

Dès sa constitution en 1991, Luul Sebhatu a représenté les réfugiés au sein de la Communauté de travail pour l’intégration des étrangers, devenue il y a peu la Communauté pour la cohésion multiculturelle (CICM). Avec Claude Borel et le soussigné, il est d’ailleurs le doyen de cette commission cantonale.

Avec l’arrivée de nouveaux réfugiés ces derniers mois, la communauté érythréenne compte environ 600 membres dans le canton de Neuchâtel. La plupart sont des coptes orthodoxes qui se réunissent en général deux fois par mois pour se retrouver entre amis et pratiquer ensemble un christianisme vivant.

Et l’intégration? Luul Sebhatu reconnaît qu’elle est bonne mais souligne que les Africains doivent faire davantage d’efforts que les Européens. Il estime que les réfugiés devraient être mieux coachés. Pour sa part, il a pris la nationalité suisse il y a une vingtaine d’années et se sent bien intégré. Le soussigné peut en témoigner.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2015   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?