Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Avril 2015 
Quand les déshérités souffrent, les multinationales dansent
Auteur : Mousse Boulanger

Quand les déshérités souffrent, les multinationales dansent
André Jufer
Éditions de l’Aire, 2014

Quel titre! C’est un ancien pasteur, André Jufer, qui crie son indignation face aux politiques occidentales, particulièrement celles des géants de l’industrie agroalimentaire. On assiste à la destruction du tissu agricole et à l’appauvrissement des paysans qui sont dépossédés de leurs terres et de leurs moyens d’existence. Le rouleau compresseur de la pauvreté écrase les plus démunis, qui tentent de fuir jusqu’à nos frontières d’où ils sont expulsés.

Bien qu’il dise qu’il n’est ni historien, ni journaliste, André Jufer fait un formidable travail d’information. Magnifiquement documenté, il évoque l’extrême danger de la mondialisation libérale en cours et s’interroge sur la montée actuelle du racisme et de la xénophobie.

Très habilement il se réfère à la réaction des paysans de l’automne 2009. On pouvait voir dans les champs, aux abords des fermes, des banderoles portant l’inscription «Révolte des paysans pour un prix du lait équitable.» Le printemps 2015 s’annonce-t-il plus favorable à un revenu raisonnable? Quand l’auteur brosse un panorama de la Suisse du XVIe siècle à nos jours, on est sidéré par la similitude des conditions de voyage des migrants suisses de l’époque et celles des immigrants d’aujourd’hui. De 1815 à 1914 on estime à 500.000 le nombre de Suisses qui ont émigrés dans des pays d’outre-mer. Les régions les plus pauvres, celles qui émigrent en priorité sont: le Seeland bernois, le Laufonnais, les districts de Saint-Gall, l’Oberland, l’Emmental, les régions alpestres, Glaris, le Valais et le Tessin dont 30.000 habitants partent en Californie. Dans ces régions un habitant sur douze prend le chemin de l’exil. Ils partent sur des voiliers, ils sont 600 à 800 entassés, assaillis par la faim, la soif, le froid, la peur, serrés les uns contre les autres, infestés de vermine et de rats.

Comment ne pas avoir honte face à la xénophobie qui rampe actuellement en Suisse face aux demandeurs d’asile? Les Amériques ont accueilli nos compatriotes nettement plus généreusement, et pourtant elles n’ont pas eu la réputation humanitaire dont la Suisse se targue.

Un livre qu’il faut lire si on ne craint pas de changer son point de vue négatif face aux demandeurs d’asile.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?