Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Février 2015 
Abattre la dictature intégrale de la finance
Auteur : Bernard Walter

William Bourdon est en France un avocat au service des Droits de l'homme, en particulier défenseur du citoyen contre les violences de l'Etat et les abus financiers commis au plus haut niveau. Il est l'auteur d'un livre au titre très explicite: Petit manuel de désobéissance citoyenne. Qui porte un sous-titre tout aussi clair: Quand l'intérêt général est menacé, DEVENEZ LANCEUR D'ALERTE (Ed. Lattès 2014). C'est un livre assez technique, livre de combat et non de rêve. Mais il est tout bénéfice d'avoir un peu de la persévérance qui permettra d'en achever la lecture.

William Bourdon réussit en même temps un certain tour de force, celui d'écrire un livre porteur de perspectives et d'un certain espoir, en ce sens qu'il redonne au citoyen un moyen important de ne pas subir, mais au contraire de reprendre du pouvoir au sein du système, d'en redevenir un acteur. C'est un homme qui, de par sa carrière, est très bien placé pour dresser un état des lieux de la question. Il donne informations et conseils pour clairement inciter le citoyen à ne pas fermer les yeux sur des scandales et injustices dont il serait le témoin, en particulier sur son lieu de travail lorsque celui-ci le met quotidiennement en face de situations très exposées à des abus: banque, police, informatique par exemple.

Ses informations ciblent non seulement le plan juridique, mais également le plan social. Il donne un éclairage précieux sur le rapport des forces en présence, sur la nécessité de ne se comporter ni en kamikaze ni en Don Quichotte. Il est important pour celui qui détient des informations sensibles de ne pas se jeter tête baissée dans la gueule du loup, de prendre des précautions vis-à-vis de sa hiérarchie, de ne pas naïvement faire confiance, de se créer un réseau d'alliances, bref de faire preuve d'un maximum de prévoyance.

William Bourdon est par ailleurs soucieux de faire évoluer le droit pour aller dans le sens d'une meilleure protection de celui qui légitimement lance une alerte en faveur de la justice, de la morale et de l'intérêt des citoyens.

Deux axes constituent les piliers principaux du livre. D'une part, le livre attire l'attention des citoyens sur la problématique de la morale sociale, c'est-à-dire des devoirs et responsabilités des gens de pouvoir, que ce soit dans le domaine politique ou économique. Il se met par là même au service des contre-pouvoirs, nécessaires en démocratie. Et, d'autre part, il incite le citoyen à avoir le courage de se mettre au service des justes causes, le jour où il se trouve confronté à une question qui engage sa responsabilité. Il lui indique comment réfléchir, prévoir, agir, se protéger.

Il encourage par là même un système de guérilla légitime contre le pillage généralisé perpétré par la finance, avec la complicité croissante du système politique et judiciaire. Il ne manque pas au passage de relever qu'il existe des avocats, juges et politiciens engagés contre les diverses formes de corruption et d'injustice, et pour ceux-ci aussi, son livre se révèle d'une incontestable utilité. William Bourdon remet à l'ordre du jour le principe de séparation des pouvoirs qu'on dirait, par les temps qui courent, devenu chose subversive.

Pour lui, les lanceurs d'alerte sont un cheval de Troie qui devrait contribuer à abattre la dictature intégrale de la finance pour aller vers un système social véritablement démocratique.


NDLR: Par manque de place (dans notre version papier), nous n’avons pas été en mesure de publier l’entretien réalisé par Bernard Walter intitulé Michèle Herzog: les institutions sont fragiles. Nous le publierons dans notre prochain numéro. (Ici sur notre site web, voir l'article suivant).

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?