Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Août 2013 
La mort en cours de vie
Auteur : François Iselin

Cette vie longue, pleine et entière, que tout être humain est en droit d'attendre n'est, de loin pas, assurée équitablement aux 7,2 milliards de terriens que nous sommes. Certes, la nature en fauche beaucoup par ses fléaux que sont les séismes, tsunamis, disettes ou pandémies, mais la camarde sévit surtout à visage humain. Visages des tueurs cagoulés ou planqués derrière leur écran guidant au loin leurs sinistres drones, visages satisfaits des affameurs, pollueurs, empoisonneurs et rabatteurs de migrants, visage des pilleurs de terres nourricières et de ressources vitales. Ce sont eux, ces prétendus champions des «droits humains», de la «démocratie» et du «progrès» qui, en ces temps de barbarie suave, tuent le plus. Ils expédient leurs rivaux indésirables dont la vie s'est à peine épanouie, dans les charniers des champs de batailles, les morgues des hôpitaux privés d'assistance et de médicaments ou les épaves des boat people.

La culture du bien-être nous rend insensibles aux cris d'autrui et aboutit à une mondialisation de l'indifférence.
— Le pape François

Car les pays «civilisés», d'Europe en particulier, qui se barricadent derrière leurs 18'000 kilomètres de «murs de séparation», interdisent aux exilés de fuir la misère qui les tue à petit feu. C'est pourquoi, les fosses communes des mers et des déserts ont accueilli à jamais, entre 1993 et 2010, 16'000 à 20'000 de ces candidats à la survie (Claire Rodier, Siné Mensuel, n° 21, juin 2013).

Alors la «vie» qu'est-elle vraiment pour le milliard d'Africains qui se la font achever en moyenne à 49 ans, pour les 4,3 milliards d'Asiatique dont l'espérance de vie à la naissance atteint à peine les 67 ans, dix ans de moins que celles des habitants des «régions les plus avancés». En moyenne, l'espérance de vie dans le pays le plus mortifère de la terre n'atteint pas les 33 ans, alors que dans celui qui est le plus vivable, il dépasse 83 ans. Autre preuve de l'inégalité face à la mort, 6% des humains meurent de sous- alimentation et 5% d'obésité… Cherchez l'erreur! (Données fournies par Wikipédia). Ces milliards d'années de vie perdue ne confirment-ils pas le déni des promesses de «mondialisation du mieux-être» que les organisations internationales promettaient depuis des décennies d'honorer?

N'ayons pas peur des mots. Quand, au début de ce siècle, les 2/3 de l'humanité atteignent à peine l'âge moyen de 64 ans, alors qu'il est de 76 ans dans nos régions, seules bénéficiaires de la santé, de l'hygiène et du ravitaillement pour tous, c'est que nous tolérons une sorte de génocide larvé. Certes ce ne sont plus les 6 millions de morts de la Shoah nazie, les 2 millions du Goulag soviétique, les 20 millions du Laogai chinois ou d'autres génocides, arménien, rwandais, kurde, cambodgien, congolais qui soûlent la mémoire collective. Ces laissés-pour-compte de la vie sont effacés de la conscience humaine comme l'ont été les millions de morts des guerres que cette mémoire préfère effacer en n'enterrant en grande pompe qu'un seul des leurs: le soldat inconnu.

Lampedusa doit être un phare du monde entier pour que partout on ait le courage d'accueillir ceux qui cherchent une vie meilleure.
— Le pape François

Et puis que valent quelques années de sursis pour ceux et celles dont les dernières années de vie sur terre ne seront qu'une longue attente de la mort? Car plus que le nombre d'années d'existence, il faut plutôt compter les années de vie en bonne santé, sans incapacité, ni maladies, ni souffrances, années maudites de plus en plus nombreuses et douloureuses pour les exclus de la «prospérité»

Quand l'infime fraction de l'humanité accapareuse de la richesse du monde ose explorer le cosmos, trafiquer les atomes et dénaturer la nature à son profit, tout en refusant sciemment de venir en aide à ses semblables, cela s'appelle non-assistance à personne en danger, crime qui est condamné au pénal. Mais face à ces fauteurs de misère et de mort qui se complaisent à pourchasser de prétendus terroristes, voyous et contestataires, quel tribunal mondial oserait maintenant les confondre, les juger et les empêcher définitivement de nuire?

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?