Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Premier

Octobre 2012 °
Les pyromanes promus pompiers
Auteur : Mousse Boulanger et Rémy Cosandey

Albert Einstein disait: «Un problème créé ne peut être résolu en réfléchissant de la même manière qu'il a été créé.»

Et il précisait: «La folie, c'est se comporter de la même manière et s'attendre à un résultat différent.»

Ces deux citations collent malheureusement bien à ce qui se passe actuellement dans le monde.

A la direction de la Banque centrale européenne, de la Grèce et de l'Italie, on retrouve des anciens banquiers qui sont responsable de la situation catastrophique dans laquelle se trouvent plusieurs pays et qui appliquent des mesures antisociales d'une sévérité inadmissible. On a mis à la tête de gouvernements des hommes dont la politique néolibérale a provoqué des effets catastrophiques. Et c'est à eux qu'on demande maintenant de rétablir la situation! C'est comme si on demandait à un pyromane d'éteindre l'incendie qu'il a provoqué… Voici deux exemples d'indigence qui se passent de commentaires: La Grèce est en faillite et le plan d'austérité qui touche dramatiquement les couches les plus faibles de la population ont amené le pays au bord de l'implosion sociale. Cela n'a pas empêché le gouvernement d'accorder une subvention de 35 millions de francs suisses pour la construction d'un circuit de Formule 1. Alors que les Grecs sont contraints à d'énormes sacrifices, les pilotes (dont certains gagnent plusieurs dizaines de millions de francs par année) disposeront d'un nouveau circuit pour endormir les foules et gaspiller le pétrole.

En Espagne, c'est la même chose: on fait des coupes budgétaires immenses dans les domaines de la culture, de l'éducation et de l'action sociale. Pendant ce temps, la famille royale continue à vivre dans le luxe et les joueurs de football de Barcelone et du Réal Madrid perçoivent des salaires indécents.

«Indignez-vous», proclamait Stéphane Hessel. Oui, mais il faut aller plus loin que l'indignation. Il faut changer les personnes et le système et ne pas faire comme les Romains, victimes de leur propre décadence.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?