Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Premier

Juin 2012 °
Assez de cadeaux aux riches !
Auteur : Rémy Cosandey

Pour essayer de les retenir ou de les faire venir, les cantons suisses offrent aux riches contribuables des cadeaux de plus en plus indécents. Ici, on propose des forfaits fiscaux qui dépassent l'obscénité; là, on applique des échelles fiscales dont la progressivité est une injure pour les contribuables modestes. Par exemple, à Neuchâtel, le gouvernement (avec un socialiste à la tête du Département des finances!) a présenté un projet qui prévoit de fixer un taux de 9.729% pour un modeste revenu de 50'000 francs et de 13.5% pour un revenu de plusieurs millions. Moins de 4% entre un pauvre et un très riche!

Autre cas qui relève de l'impudence: l'entreprise Merck Serono à Genève a décidé de fermer ses portes et de transférer ses recherches et sa production en Allemagne. Résultat: 1250 salariés au chômage. L'ancien propriétaire de Serono, Ernesto Bertarelli, a empoché 15 milliards de francs en vendant son entreprise. Et il ose verser des larmes de crocodile sur le sort de ses anciens collaborateurs!

Alors, pour lui donner bonne conscience, suggérons-lui de verser 800'000 francs à chacun des 1250 salariés qui vont perdre leur emploi. Total: un milliard. Il lui en restera encore quatorze. Avec un taux de rendement très faible de 2,6%, cela représente 365 millions de francs d'intérêt par année, soit un million par jour, samedi et dimanche compris. Et cela sans toucher au capital!

Dernier exemple: le nouveau patron d'Appel, qui a succédé à Steve Jobs, gagne 248 millions de dollars par année, soit à peu près 60'000 fois plus que l'ouvrier chinois qui fabrique ses appareils. Une insulte de plus dans un pays qui a traversé la crise des subprimes et qui connaît un taux élevé de chômage.

Au milieu de tant d'égoïsme, il y a heureusement une belle lumière: celle de Yannick Noah , chanteur et ancien champion de tennis, qui estime qu'il est normal de taxer davantage ceux qui gagnent beaucoup. Les propos qu'il a tenus à ce sujet ont de quoi faire honte aux exilés fiscaux célèbres que sont le coureur automobile Michaël Schumacher, le chanteur Johnny Halliday ou l'acteur Alain Delon. On comprend mieux qu'il soit la personnalité préférée des Français.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?