Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Premier

Avril 2012 °
Excès injustifiés
Auteur : Mousse Boulanger / Rémy Cosandey

La défense des emplois ne doit pas justifier n'importe quel excès

Les Valaisans n'acceptent pas le verdict du peuple suisse qui veut protéger les paysages alpins (initiative Franz Weber). Le Parlement fédéral se couche devant les cigarettiers (teneur en nicotine et en goudron supérieure aux normes européennes) alors que la fumée cause la mort de trois millions de personnes dans le monde chaque année (aux Etats-Unis, le nombre de décès correspond à deux chutes de Boeing 747 par jour!). L'UDC et les parlementaires de droite crient au scandale parce que certains Etats en ont marre de l'évasion fiscale favorisée par les banques suisses. Et on pourrait trouver de nombreux autres exemples…

Dans tous les cas, pour se donner bonne conscience, les promoteurs, industriels et banquiers invoquent la défense des emplois. A leur avis, cette cause est noble et justifie tous les excès: la défense des emplois mérite bien qu'on pille les pays pauvres (une grande partie du négoce mondial se traite en Suisse), qu'on fasse des cadeaux mirobolants aux grandes entreprises (notamment dans le canton de Vaud), qu'on tue par la fumée ou qu'on accueille la fortune des fraudeurs et des dictateurs du monde entier!

En réalité, tout n'est qu'une question d'argent. Les salaires et les bonus des dirigeants des grandes entreprises (Glencore à Zoug par exemple, spécialisée dans le négoce des matières premières, est plus importante que Nestlé) et des banques sont indécents. Non seulement, ils sont 10, 20 ou 50 fois supérieurs au traitement d'un conseiller fédéral, mais encore – et surtout – ils sont amassés grâce à la sueur et au sang versés par des hommes et des femmes exploités et dépouillés de leurs richesses naturelles.

Pour certains individus, la morale et l'éthique n'existent pas lorsqu'il s'agit de s'en mettre plein les poches. Et ils arrivent à convaincre les autorités et le peuple de les suivre en faisant du chantage à la préservation des emplois!

L'essor a une bonne idée pour créer de nouveaux emplois: renonçons à acquérir de nouveaux avions de combat qui ne servent strictement à rien. Avec les trois milliards de francs économisés, on pourrait payer, pendant 25 ans et à raison d'un coût de 100'000 francs par année pour un poste de travail, le salaire de 1200 personnes qui pourraient se consacrer à la lutte contre les dangers principaux cités par le Conseil fédéral: le terrorisme, les maffias et la cybercriminalité.

Mousse Boulanger et Rémy Cosandey

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?