Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Premier   index de ce numéro

Décembre 2011
La mort d’une grande indignée
Auteur : Rémy Cosandey
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

Le récent décès de Danielle Mitterrand m'a beaucoup touché car, avec elle, disparaît une femme extraordinaire qui a consacré sa vie à se battre pour les déshérités. Avec sa fondation France-Libertés, elle a été sur tous les fronts, luttant à la fois pour la dignité des malades du Sida, pour la justice sociale, la paix dans le monde et le droit à l'eau potable pour tous les habitants de la Terre.

J'ai eu le plaisir de rencontrer une fois Danielle Mitterrand. C'était en juin 1986 (son mari était alors président de la République française), sur l'ile de Gorée (près de Dakar), qui était le lieu de départ des esclaves pour l'Amérique. Avec la Fédération Mondiale des Villes Jumelées, dont j'étais à l'époque membre du Comité exécutif, nous avions organisé une Nuit contre l'apartheid. Durant des heures, nous avons écouté le pianiste Miguel Angel Estrella, les chanteurs Jacques Higelin et Diane Dufresne, le chef d'orchestre Jean-Claude Casadesus, la chanteuse Myriam Makeba et bien d'autres artistes. Nous avons lancé l'Appel de Gorée, proclamant notamment notre foi dans l'égalité des races. Sur une photographie que j'ai prise, je revois encore Danielle Mitterrand, qui paraissait toute petite, serrant la main à l'impressionnant président sénégalais Abdou Diouf.

Durant toute sa vie, Danielle Mitterrand a su dire non. Elle a résisté à la dictature nazie, puis à celles de l'oppression, de l'injustice, du néolibéralisme. Avec détermination, en femme libre qu'elle était, elle a défendu toutes les causes qui lui tenaient à cœur, n'hésitant jamais à aller à l'encontre de la politique diplomatique de son mari.

Avant les mouvements qui essaiment maintenant dans le monde, Danielle Mitterrand a su témoigner de son indignation, de sa volonté de construire un monde plus solidaire et plus fraternel. Des hommages poignants lui ont été rendus. Mais on aurait aimé un peu moins de belles paroles et un peu plus d'actes et de promesses. Danielle Mitterrand a ouvert le chemin; à nous de l'emprunter. Elle restera un modèle pour tous les indignés du monde.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?