Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Octobre 2007 
Notre santé, c'est d'abord notre affaire
Auteur : Rémy Cosandey

Le trésor le plus précieux

Dans le dernier numéro de l’Essor, nous présentions ainsi le thème du forum d’aujourd’hui: «Le peuple suisse vient de refuser d’abandonner le mode de paiement de l’assurance maladie en vigueur dans notre pays. Il s’agit dès lors de nous mettre au travail pour améliorer le système dans son ensemble en tenant compte notamment: que la population du pays augmente et vieillit de surcroît; que nos hôpitaux sont submergés d’admissions à l’heure où les dégorgements sont largement insuffisants; qu’actuellement, pour beaucoup trop d’interventions chirurgicales qui ne sont pas d’une urgence absolue, les délais d’attente s’allongent de plus en plus; que les médecins praticiens, en ville et à la campagne, succombent sous le poids de tâches administratives devenues écrasantes et souvent tatillonnes leur prenant une trop grande part d’un temps précieux; que les caisses maladie logent leurs administrations dans des bâtiments immenses et coûteux; que l’Etat, devenu propriétaire d’une bonne partie des «moyens de production» (les hôpitaux), ne peut plus exercer son rôle d’arbitre des conflits. Or, on doit bien l’admettre, le drame se joue à quatre: les malades ou les malades potentiels, les soignants, les assureurs et l’Etat. L’affrontement est par trop inégal entre ceux qui paient et ceux qui dépensent. Le but de ce forum est d’apporter davantage d’éléments de compréhension à tous ceux que ces problèmes intéressent».

Même si certaines d’entre elles vont au-delà de ce thème, même si elles sont parfois un peu longues ou sophistiquées, les contributions que nous avons reçues sont d’une qualité remarquable. C’est pourquoi nous les publions toutes, sans procéder à la moindre coupure. Et nous pouvons résumer les dix pages de débat qui suivent par une pensée de Chauvot de Beauchêne (1827): «La santé est le trésor le plus précieux et le plus facile à perdre; c’est cependant le plus mal gardé». Que cette lecture fasse du bien à votre corps et à votre âme!

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?