Logo Journal L'Essor
2020 2019 2018 2017 2016 2015 2014 2013 2012
  2011 2010 2009 2008 2007 2006 + 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent   index de ce numéro

Avril 2007
L’homme paradoxal, Emilie Salamin-Amar
Lu par : Edith Samba
Notre journal dans sa version "papier" ne contient pas de publicité, ni nos articles web des cinq dernières années. Toutefois nos archives et articles antérieurs à
5 ans (année 2015 et avant) peuvent en contenir. Les modestes revenus qui en découlent nous aident à maintenir ce site web.
(Essais et réglages en février/mars 2020)

L’homme paradoxal
Emilie Salamin-Amar, Editions Planète Lilou, 2007

Maître incontesté du langage des caresses, Ysatis, nageant insouciant dans le sens du courant de ses incohérences, est un handicapé de la communication verbale, de la pensée et de l’introspection.

Déambulant dans une sorte de vide routinier, qui n’enthousiasme pas du tout la romancière de sa vie, il vit, aiguillonné par ses phantasmes… Cherchant son anima, au travers de l’amour porté aux femmes, il tente d’en ouvrir les jardins secrets, pour être délivré de sa timidité maladive, initié aux secrets du tissage des liens d’amitié, et devenir un parfait humaniste à l’écoute du monde…

possibilité de découvrir les autres lui-même, ces inconnus qui sommeillent en lui depuis si longtemps, il préfère s’enfermer dans son sous-marin Nautilus et naviguant à vue, avec une insoutenable légèreté, sous les flots de sa propre vie. Tout focalisé qu’il est sur sa réussite sociale en tant qu’inventeur, il avance, plus ou moins consciemment, vers la concrétisation de son plus puissant phantasme: un harem dans son extraordinaire maison de verre.

Ce petit roman jubilatoire, de par la modernité de sa notion de la polygamie, éclaire d’une lumière fort intéressante les différences de fonctionnement entre hommes et femmes. Ou comment son désintérêt à clarifier ses pensées et les partager, à pratiquer l’auto-analyse peut transformer, très naturellement, n’importe quel paradis en enfer… à moins que les femmes et les cieux s’en mêlent...

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2020   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?