Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Février 2007 
Les réflexions d’Henri Jaccottet
Auteur : Henri Jaccottet

Mon fils de Bâle me raconte au téléphone une interview d’Otto Stich qui va fêter ses 80 ans. «Que pensez-vous de la vieillesse?» , lui demande le journaliste. «Il y a trois étapes, lui répond l’ancien conseiller fédéral. La première: on s’aperçoit qu’on vieillit. La deuxième: les gens s’aperçoivent qu’on vieillit. La troisième (à laquelle M. Stich estime ne pas être parvenu): on vieillit encore mais on ne s’aperçoit plus qu’on vieillit».

Bon anniversaire, Monsieur le conseiller fédéral et que l’essor puisse accueillir souvent vos paroles de Sage! Ce sont là nos vœux.


À propos des années qui ont suivi la guerre de 14-18, des titres sont devenus classiques dans les livres d’histoire: «La montée du nazisme» ou «La montée des totalitarismes». De même, un mot d’Edouard Daladier est entré dans l’histoire: à sa descente d’avion au retour des Accords de Munich (les Alliés ont basté; la majorité des gens pense qu’ils ont éloigné la menace de guerre), le président du gouvernement français est acclamé par la foule. «Les cons», glisse-t-il à son adjoint!

Il n’est pas très loin de nous l’historien qui pourra raconter notre époque sous le titre de «La montée du terrorisme» ou «La montée des fanatismes», mais le Daladier qui sera conscient de notre apathie et/ou de la mauvaise direction que prend la majorité de nos contemporains avec leur anti-terrorisme primaire, celui-là, s’il existe, aura de la peine à se faire entendre d’abord, et surtout il aura de la peine à trouver une solution qui écarte la catastrophe programmée du Moyen-Orient

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?