Logo Journal L'Essor
2017 2016 2015 2014 2013 2012 2011 2010
2009 2008 2007 2006 et nos 100 ans d'archives !
Rechercher un seul mot dans les articles :
Index de l'annéeindex de ce numéro Article suivant Numéro suivant
Numéro précédent Article précédent

Février 2006 
Mieux vivre ensemble
Auteur : Frédéric Roth

Les mutations accélérées du monde contemporain engendrent des «maladies sociales» qui se manifestent par différentes formes d’insécurité, de souffrances et de violences : conflits identitaires, xénophobies, violences sociales et institutionnelles, agressivité, incivilités et délinquance…

Il est relativement facile de trouver des «coupables» : les dirigeants politiques, les étrangers, les autres. Sont-ils vraiment les seuls responsables ? Notre responsabilité n’est-t-elle pas engagée ?

Être responsable donne de la puissance à chacun pour devenir acteur du changement. Se reconnaître co-responsable, c’est tout le contraire du processus qui fait de l’autre un bouc émissaire et de soi la victime. C’est en acceptant sa part d’ombre, ses limites, sa folie, sa violence, que l’on va pouvoir accepter celles de ses voisins.

«Le seul être authentiquement non violent, le seul être incapable de violence est celui qui ne connaît pas la peur. La colère n’est générée que par la peur.»
Anthony de Mello, Quand la conscience s’éveille

La transformation de l’individu est inséparable de la transformation sociale. Le sentiment d’impuissance et d’insécurité est souvent à l’origine d’un apparent désintérêt pour la vie politique et d’un manque de confiance grandissant envers les élites, les responsables administratifs et politiques. Ce déficit démocratique couplé à une sorte de vide spirituel et culturel laisse certains citoyens sans autoprotection face aux tentations communautaires et racistes.

La «thérapie sociale» est une discipline nouvelle développée par Charles Rojzman (www.therapiesociale. com) pour recréer des îlots démocratiques, pour que les gens qui s’ignorent les uns les autres, ou au pire se haïssent, puissent à nouveau travailler ensemble. Il en va de la survie, non seulement de nos démocraties, mais de la planète.

«Bien sûr que les populations ne veulent pas de guerres… C’est bien compris. Mais après tout, ce sont les dirigeants du pays qui décident et c’est toujours chose facile d’obtenir le soutien de la population, que ce soit une démocratie, une dictature fasciste, ou un parlement, ou une dictature communiste. Avec ou sans vote, la population peut toujours être amenée à suivre ses chefs politiques. C’est simple. Il suffit de dire aux gens qu’ils sont attaqués, de dénoncer les pacifistes pour leur manque de patriotisme, de les accuser de mettre leur pays en danger. Ça fonctionne ainsi quel que soit le pays.»

Hermann Goering (vice-chef d’Adolf Hitler et commandant de la Luftwaffe)
lors du Tribunal de Nuremberg.

Le monde est en souffrance, personne ne sait vraiment comment faire pour l’aider à évoluer, mais nous sommes condamnés à le faire ensemble. Voilà les trois éléments pour pouvoir commencer une réflexion collective. Travailler ensemble ne s’improvise pas. Il faut apprendre à créer un groupe dans lequel l’intelligence collective permettra une action des individus sur les institutions et réciproquement. Le travail en équipe devient une forme d’aide mutuelle fournie par les acteurs eux-mêmes. Chacun retrouve un profond plaisir à agir collectivement, responsabilisé et sûr de sa capacité d’action.

Il s’agit de mettre en place un environnement qui favorise la rencontre de l’autre et crée des conditions pour que les informations circulent entre tous. Sans dialogue il est difficile de vivre ensemble. Ce processus exigeant donne la parole à chacun, y compris à ceux qui ont perdu l’habitude de la prendre.

La démarche permet de passer de la violence au conflit, du conflit à la coopération pour construire à partir des réalités individuelles. Son objectif est clairement politique : il s’agit de changer les pratiques socio-institutionnelles pour réaliser une transformation profonde des manières de vivre et de travailler ensemble.

Chacun, à l’endroit où il se trouve, peut contribuer à l’établissement d’une société plus harmonieuse et semer (s’aimer) les graines de paix pour que la récolte soit bonne.

Frédéric Roth, enseignant, consultant, formateur à la résolution des conflits, spécialisé en thérapie sociale.
Intervention en milieu scolaire, institutionnel, politique, associatif, de l’entreprise, des communes, privé, etc.

Espace réservé : Rédaction
© Journal L'Essor 1905-2017   |   Reproduction autorisée avec mention de la source et annonce à la Rédaction  |       Corrections ?